Ces petites choses qui font avancer le café de spécialité

Café grainBaristas, torréfacteurs, producteurs ou juste coffee lovers… on est tous, avant tout, des consommateurs qui aiment et qui croient en l’avenir du café de spécialité.

La qualité que nous pouvons déguster dans chaque tasse de café de spécialité est ce qui rend ce produit si désirable à nos yeux, mais aussi ce qui nous enferme dans un milieu pas tout à fait accessible à tous.

Alors, on a bien envie de partager cette tasse avec tout le monde, aller jusqu’à militer pour « du bon café », mais ce n’est pas si facile car plusieurs facteurs entrent en jeu comme; les habitudes de consommations et cela implique la méthode de préparation (machine automatique, cafetière filtre, etc…), le goût (noir, fort, sucré,… ) et aussi, le prix.

Certes, il ne s’agit pas de faire boire à tout le monde du Geisha à 40 euros le paquet, mais d’élever le seuil qualitatif de ce qu’on appelle « le bon café ».

Si aujourd’hui les consommateurs sont capables de distinguer un mauvais vin d’un bon vin sans être oenologue, nous avons toutes les chances d’arriver à la même exigence de consommation pour le café.

Et cela ne se produira pas d’un coup de baguette magique, mais par la volonté de chacun à s’investir sur le sujet. C’est pourquoi, nous avons résumé ce qu’il nous parait essentiel pour faire avancer le navire un peu plus vite :

° Parler café

Parler, discuter, avancer,… Pas seulement entre nous, connaisseurs de café, mais aussi avec les consommateurs de café qui sont en dehors de ce cercle. Il faut éviter de consacrer tous les échanges à la perfection en tasse car cela pourrait empêcher les nouveaux consommateurs d’adhérer, pensant que nous sommes des « geeks » ou des « hipsters »… Il faut aller à la rencontre des nouveaux buveurs de café de spécialité, ne pas attendre seulement qu’ils viennent à vous, mais aller vers eux.

° Etre ouvert

Une chose est sûre, personne n’a envie de se faire juger par son comportement, encore moins par ses goûts… Ecouter les arguments de ce buveur de café amer au sucre, demander pourquoi il le boit ainsi … Bref, installer un dialogue d’égal à égal est important pour élargir l’horizon des goûts.

° Faire goûter

Tous les coffee shops devraient prévoir des « frais de dégustation » dans ses charges mensuelles… Faire goûter est le moyen le plus efficace pour adhérer un buveur qui ne reviendra plus à son café industriel après avoir testé ce bon café.

Autre possibilité… offrir du café! Pour Noël, aux grandes occasions ou lorsqu’on est invité pour un repas,… ça change du bouquet de fleur et en plus c’est trop la classe de ramener son beau paquet de café d’un micro-lot fraichement torréfié 😉

° Innover

Car il est peu probable que du jour au lendemain, les consommateurs jettent leur machines à capsules (qui prépare un café en 30 secondes) contre, au mieux (et au moins cher): une bouilloire, un moulin et une cafetière filtre manuels…

Il faut sans cesse trouver des nouvelles solutions et des nouveaux outils pour amener au plus grand nombre ce café de spécialité si exigent (de par ses paramètres de température, mouture, infusion, etc…) et à ce stade, il n’y a pas de « petites » innovations … Le café ne peut pas être embouteillé comme le vin pour exister dans les ménages, il faudra donc innover pour diminuer les coûts et simplifier la préparation du café, tout en protégeant la qualité du café et celles et ceux qui le produisent.

 

Et pour réussir ce beau challenge, il faut impérativement continuer à échanger, transmettre les savoirs et surtout éviter de rester hermétique face aux nouveaux consommateurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nespresso Vertuo : quelle promesse?

L’innovante Nespresso Vertuo

Alors voilà, Nespresso vient de lancer en France sa gamme Vertuo; une nouvelle machine à café individuelle dotée d’un tout nouveau système d’extraction et d’une capsule d’une forme un peu « ovni »…

Mais alors qu’est-ce qui a changé ?

Dans les grandes lignes, la manipulation reste la même à quelque détail près… On insère une capsule colorée, on appuie sur le bouton et c’est partie … La nouveauté, c’est le code barre. Et oui on ne peut plus choisir son volume car c’est la capsule qui gère tout.vertuoline-altissio-icon-200x200

Voyez le code barre autour de la capsule? Et bien s’est en lisant ceci que la machine détecte le volume nécessaire pour la capsule choisie, afin d’optimiser la dégustation. Mais pas que… Nespresso s’explique:

« Le lecteur optique de la machine détecte les données imprimées à la base de la capsule et optimise les paramètres d’extraction pour le café sélectionné : la durée d’infusion, la température et le débit de l’eau, la vitesse de rotation et la longueur de tasse. »

Deuxièmement, Nespresso innove avec sa nouvelle méthode d’extraction dite Centrifusion® (infusion et centrifuge) .. Breveté, bien évidemment ( et on l’espère, mieux cette fois-ci pour eux, … il faut éviter de se retrouver encore une fois dans les rayons avec les autres copains qui copient …). Finis les extractions en pression, avec ce nouveau système, c’est la capsule qui tourne pendant l’écoulement de l’eau… Pour comprendre, voici une vidéo de Nespresso où on voit bien ce procédé :

 

Troisièmement, la taille des tasses; avec cette machine, Nespresso tente de regagner les grands consommateurs de cafés (filtres) avec une offre colorée de 10 capsules pour mugs 230ml, 4 capsules pour des Grand lungo 150ml et 4 pour les espressos 40ml,… tout cela sous forme d’une grande et d’une petite capsule rondes.

D’ailleurs, un détail, mais pas des moindres, les capsules passent de 7gr de café moulu à 8gr pour la petite capsule d’espresso et 13gr pour la grande. Faites le calcul,…et oui le consommateur devra payer plus pour avoir plus. Logique!

Pour le reste, et bien n’oubliez pas de récolter les capsules pour l’environnement et de les ramener chez Nespresso, en vélo si possible 😉

Déjà testé? N’hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé…