5 bonnes raisons d’être bénévole pour le café

IMG_4736

 

Les évènements et championnats dans le milieu du café de spécialité sont des incontournables qui créent une superbe vitrine pour le secteur, augmentent l’excellence dans la tasse et promeuvent les valeurs du café de spécialité.

Organiser ce genre d’évènements nationaux et internationaux n’est pas une chose évidente, derrière cette machine se trouvent des hommes et des femmes passionnés, dévoués et très très bien cadencés.

Ce ne sont ni des entreprises, ni de grandes multinationales,… ce sont des associations qui cherchent constamment des sponsors pour pouvoir reconduire les rencontres année après année…

C’est donc par souci de « toujours mieux faire » qu’elles doivent recourir constamment aux bénévoles, ces demi-dieux qui, juste par leur passion et l’envie de partager, huile la machine à la perfection.

Etre bénévole, ce n’est pas travailler pour que dalle… c’est mettre une pierre à l’édifice du café de spécialité en France. Et pour celles et ceux qui hésiteraient encore à faire don de leur temps au nom du café,…

 

Voici 5 autres bonnes raisons d’être bénévole :

 

1° On est dans la place!

L’air de rien, lorsque vous êtes bénévole, vous faites tout de suite partie de l’organisation, vous êtes un membre de la team et ça, c’est cool! Il y a les spectateurs qui sont dans la place, et vous, qui êtes de l’autre côté de la scène. Vivre le show en 360° … de l’intérieur et de près, c’est une chose très rare.

 

2° On se « check » dans la main

Et un, deux, trois « check my friend »… Et oui, vous avez plein de nouveaux amis! Les bénévoles, les candidats, les organisateurs, les fournisseurs … tout le monde se salue car tout le monde est dans le même bateau… Et bien sûr, on s’échange sans modération nos contacts, qu’on pourra ressortir à l’occasion.

 

3° On découvre les secrets des coulisses

Faire partie d’une organisation c’est comme visiter une pièce secrète dans un château… Avoir le privilège de voir les rouages de l’évènement… les préparations en amont, les répétitions des candidats, le track de certains, l’émotion dans les coulisses, l’adrenaline,… que des choses qu’on ne verra pas sur le devant de la scène. Avis aux curieux 😉

 

4° On touche des champions du bout des doigts

Ils sont là, c’est la crème de la crème… Ces champions qui ont tant à nous apprendre sont là, à côté de nous! Hors de question de les déranger sur scène, mais souvent très amicaux en coulisse, … De quoi nous émoustiller et nous inspirer pour toute une vie.

 

5° On frime avec notre expérience

A la tombé du rideau, on est fier d’avoir participé à la magie d’une telle organisation… On est fatigué, mais on se sent poussé des ailes… Le bénévolat est une expérience très enrichissante et on aime bien en parler, surtout sur le CV !

A ce propos, on a demandé à un ex-bénévole des Championnats de France 2016 organisé par la SCA France, Fabien Roguet, voici ce qu’il pense de son expérience:

 

16387082_1192452147505395_4505955258319564843_n

C- Qui es-tu Fabien? 

FB- Je m’appelle Fabien Roguet, je suis barista, torréfacteur, propriétaire d’un coffee-truck à Annecy qui s’appelle Le panier à café. Je viens à la base du milieu professionnel de l’horlogerie et il y a deux ans, j’ai décidé de tout plaquer pour suivre ma passion, le café.

C- Comment as-tu décidé d’être bénévole?

FB- A l’époque je voulais sentir le secteur et avoir des informations sur le milieu. Tout d’abord rencontrer les acteurs comme les baristas, les torréfacteurs et échanger autour de leur parcours pour savoir quel chemin prendre. Je voulais aussi échanger avec des fournisseurs pour commencer au plus tôt à développer mon propre projet.

C- Quels bénéfices as-tu tirés de cette expérience?

FB- L’avantage majeur de mon expérience dans le bénévolat a été cette concentration d’informations obtenues et de personnes que j’ai rencontrées en seulement quelques jours. Il m’aurait fallu beaucoup plus de temps et d’énergie pour les (a)voir un par un… Dans cette collaboration avec l’association, je me suis beaucoup investi en tant que bénévole, mais j’ai aussi reçu beaucoup en échange.

C- Et avec du recul?

FB- Je me dis qu’il était nécessaire à l’époque de me conforter dans l’idée de mon projet. Cette expérience m’a fait gagné du temps et de l’assurance.

Merci et bonne route à toi Fabien!

 

 

 

 

From Dubai with Love…

FROM dUBAI WITH LOVE

 

Depuis l’annonce de l’organisateur WCE ( World Coffee Events) qui a déclaré que Dubai allait accueillir les prochains Championnats de Café en 2018 dans les catégories Cezve/Ibrik, Brewer’s, Roasting et Cup Tasters, rien ne va plus…

 

Voilà des semaines que la SCA (Spécialty Coffee Association) et la WCE essaient de trouver un compromis suite aux réactions de leurs membres et de la communauté qui craignent pour leurs sécurités si les championnats venaient à se dérouler à Dubai, émirat arabe qui depuis des années, accumulent les affaires en matière de protection des droits de l’Homme.

Dubai, riche empire où les habitants ont l’habitude de vivre bien, mais cachés, est le sujet d’une crise sans précédent au sein des organisateurs des championnats mondiaux.

Comment assurer la sécurité des participants, juges et candidats dans un pays hôte où se côtoient censure et discrimination… ?

A Dubai, l’orientation sexuelle des participants est en soi une raison suffisante pour faire une petite visite en prison… Alors la communauté LGBT n’ a pas attendu de pleurer une victime pour alarmer les organisateurs quant au choix de Dubai.

 

Les fesses entre deux chaises…

Le dilemme; ne froisser personne. Ni les membres participants, ni le pays partenaire… Choix cornélien pour la SCA et le WCE qui ont déclaré qu’ils condamnaient tout acte d’harcèlement et de violence envers une personne pour des raisons, de race, de couleur voire d’orientation sexuelle… et qu’ils suspendaient provisoirement la décision de Dubai, le temps de discussions et de débats en comité de crise.

« Suspendre » n’est pas « annuler ». C’est ce que reprochent, pendant ce temps, le site d’actualité Sprudge à la SCA en pointant du doigt l’incohérence du choix de Dubai face à leur principe de respect d’autrui.

 

Pas vu, pas pris

On peut lire un bon nombre de cas d’arrestations dans les journaux; d’un couple lesbien qui s’embrassait sur la plage à un couple trans-genre qui faisait juste du shopping, bref… le danger est réel.

Alors, pour savoir davantage sur le quotidien des habitants, nous avons fait un petit sondage parmi nos amis expat’ qui vivent à Dubaï et aux Emirats Arabes Unis et dont les pages Facebook regorgent de photos de soirées prisent dans les énormes tours de l’Emirat où coule l’alcool à flot:

« Pas vu, pas pris » voilà la devise des habitants des Emirats. « Politiquement, on ne peut pas dire qu’ils sont gayfriendly, la liberté se pratique derrière les portes closes. D’ailleurs, les personnes hétérosexuelles non plus, n’ont pas le droit de s’embrasser en public » nous confient-ils.

what-to-wear-in-dubai
Légende: dubaiification.com

 

Que faire?

Respecter les moeurs d’une culture et ses pratiques en public est une chose que chaque voyageur sait faire. Enlever les chaussures en rentrant dans une mosquée, rester silencieux lors d’une cérémonie religieuse… c’est chose facile. Mais demander aux participants de ne plus être soi-même… c’est un peu plus délicat.

D’un autre côté, il faut aussi savoir que ce n’est pas la première fois que Dubaï accueille un championnat mondial. L’Emirat a déjà accueilli divers championnats mondiaux comme pour le tennis, le golf et même de le body building... sans incident majeur.

La SCA et le WCE n’ont pas encore annoncé leur décision par rapport à l’attribution définitive de Dubai comme hôte, car ils continuent d’étudier et d’entendre les représentants et les partenaires.

Nous devinons bien sûr l’enjeu économique qui doit y avoir derrière ce genre d’organisation mondiale et souhaitons de tout coeur qu’ils trouveront rapidement une solution qui, quelle qu’elle soit, marquera un tournant dans la vie de l’association SCA.

Stay tuned!

 

 

 

 

 

 

Le café turc… vilain petit canard?

cafe turc_couv_4082

Nous sommes de plus en plus curieux face à ce café qui se prépare avec un cezve (prononcé djezvé) ou un ibrik et cela, surtout depuis qu’il représente une des catégories des championnats mondiaux de café.

Selon les régions, il existe plusieurs façons et astuces de préparer cette boisson orientale. Et tout comme avec la cafetière italienne, on n’est pas encore à l’aise avec la méthode de « surcuisson » de ce café pour la raison qu’elle a tendance à étouffer les arômes du bon grain fraîchement torréfié…

Néanmoins, on retrouve lors des championnats de cezve/ibrik les mêmes leviers et paramètres que les méthodes que l’on connait déjà.. température, temps, eau, variété de café, …  Et oui, il est possible de goûter de très très bonne chose, malgré un degré très poussé de cuisson.

Convaincre les consommateurs de café à passer au bon café de spécialité n’est pas chose facile et c’est aujourd’hui le quotidien des baristas . Avec le café turc dans le monde du « Specialty coffee » c’est le même combat … Peut-être est-il temps d’avoir l’ouverture d’esprit nécessaire pour embrasser enfin cette méthode encore peu connu en France.

Pour les novices, voici quelques astuces et bonnes pratiques utilisées par les baristas pour un « café turc de spécialité » :

 

L’ibrik/cezve

Le cuivre est la matière la plus utilisée parmi les ibrik. Non pas à cause d’un phénomène de mode, mais tout simplement parce qu’elle diffuse mieux et d’une façon plus homogène la chaleur.

Le feu

Pour pouvoir contrôler le temps de cuisson, il faut avoir une température qu’on puisse maitriser. Le temps de préparation du café turc qui arrive presque à ébullition (+- 94°), ne dépasse pas généralement les 2:30 min car la mouture est très fine comme la farine, il faut donc éviter l’amertume. Le gaz est une bonne source de chaleur pour cette méthode.

Le ratio

Le Turcs vous diront une cuillère de café par tasse… quelles tasses? quelles cuillères? hahaha pas de panique… 😉 On estime qu’un bon ratio se situe aux environs d’ 1/8 et 1/9.

L’eau

Tcafe turc__4060out comme les autres méthodes, il vous faudra utiliser une bonne eau. Pour nous amuser, nous avons fait le test suivant: un café éthiopien moulu fin ( Dumerso, Ethiopie) complexe et floral, et deux eaux différentes: la Mont Roucous et la Volvic.

On avait parié sur le Mont Roucous pour garder une acidité et contre-balancer l’amertume qu’aurait pu développer la haute température, mais ça a été tout le contraire… Volvic a réussi haut la main avec un équilibre très étonnant, alors que l’eau de la Mont Roucous avait comme défaut une astringence très présente… En tous cas, cela montre au moins qu’avec cette méthode, l’eau peut aussi sublimer ou pas un bon café.

Concernant la température de l’eau, tout comme la méthode du moka, il est préférable de commencer avec un eau préalablement chauffé (à 60° par exemple) pour réduire le temps de cuisson.

La méthode

En règle général, deux écoles s’affrontent sur le sujet: ceux qui touillent et ceux qui ne touillent pas! Cela dit, mettre le café après l’eau sans la touiller et la laisser fondre et dissoudre doucement la mouture permet, effectivement, une mousse plus onctueuse.

Le service

Lorsque le café monte et arrive à ébullition, c’est l’heure de servir. En une fois pour certains, en deux temps pour d’autres qui remettent la moitié du café au feu pour refaire monter la mousse une deuxième fois ( au risque de frôler la surcuisson).

Le café turc est donc un café servi très chaud. Un temps de repos est conseillé avant la dégustation. Et pour un café parfait, n’oubliez pas de laisser un espace pour poser la lèvre au buvant de la tasse pour ne pas se brûler.

Maintenant que vous connaissez les bases, vous n’avez plus d’excuse pour vous y mettre… Alors? Quand est-ce qu’on se fait un championnat de France?

😉

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour sur les championnats de France de Café 2017

image-article-001

 

Les championnats de France du café se sont déroulés du 21 au 24 janvier dernier et on peut dire qu’on a eu plein de surprises…

La SCA France a choisi l’expo des professionnels de la restauration le Sirha qui a eu lieu à Lyon pour faire disputer les candidats sur les 3 catégories Barista, Latte Art et Coffee in Good Spirit.

Championnat de Barista

Première surprise au Championnat de Barista, Charlotte Malaval est disqualifiée avant même de pouvoir commencer. En effet la SCA France nous annonce qu’elle aurait été juge aux championnat de Russie ce qui, on se doute bien, peut créer un conflit d’intérêt pour l’ex-championne favori des championnats de France lors des rencontres internationaux. On n’ose à peine imaginer la déception de la candidate et des ses fans et c’est bien dommage.

On relance donc les dès, le malheur des uns fait le bonheur des autres,… ajouté à cela l’abandon d’un candidat Mehmet Sogan pour des raisons professionnelles, ils ne sont plus que quatre candidats pour se disputer le podium.

Marco De Sousa Rosa (maxicoffee)/ Fanny Pardes (L’arbre à café) / Leigh Rose (Les 4uatre coins)/ Massimo Santoro (Barista Bartender Solutions)

En final, Leigh Rose, pleine d’énergie n’a pas réussi à atteindre le podium.  Massimo Santoro (3ème), nouveau formateur chez BBS s’est bien défendu (et a fait craquer au passage quelques filles avec son accent italien…). Fanny Pardes (2ème), qui participait aussi pour la première fois, a bien su mettre en avant les pratiques chères à L’Arbre à café comme la biodynamie. Marco De Sousa Rosa (1er) quant à lui a pu assurer sa première place avec une performance cadencée, claire et visuelle, la griffe de maxicoffee.

Championnat Latte Art

Néora Schwartz (Robi’s&Co)/ Mikaël Humbert (Verde Nero)/ Renaud Poiroux (Spicer&Cole, Bristol)/ Rudy Dupuy/ Brice Robin (Passager)/Krzysztof Bielecki

Première participation pour Néora Schwartz et Krzysztof Bielecki. Concernant les autres candidats, on les avait déjà vu sur scène pratiquant leur art: cinquième participation pour Rudy Dupuy (et deux titres de champion), deuxième participation pour Mikaël Humbert, Brice Robin et le vice-champion 2016, Renaud Poiroux qui retente sa chance.

En final, Renaud Poiroux fait une bonne prestation, mais manque un peu de précision, Brice Robin (3ème) épate avec un design dinosaure, Rudy Dupuy (2ème) avoue avoir passé beaucoup de temps sur l’île à rêver de la Marianne (qu’il a très joliment effectué en tasse) et moins à s’entrainer et Mikaël Humbert (1er) fait un come back renversant avec la maitrise qui lui manquait en 2016 et rafle la coupe en or.

Championnat Coffee in Good Spirit

3 participants assurés d’être sur le podium:  Jérémy Collin/ Yoann Bride/Mikaël Portannier(Café Lomi)

Jérémy Collin (3ème) toujours en kilt, a proposé d’intéressantes préparations en faisant même un parallèle avec les cocktails et le cinéma.  Yoann Bride (2ème) a misé sur des préparations régionales mettant à l’honneur ces deux régions d’origine, le Poitou-Charente et la Franche-Comté. Et Mikaël Portannier (1er) fidèle à lui-même, l’ex-champion du Coffee in Good Spirit a su proposer, encore une fois, une performance bien préparée et surtout très fluide.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le championnat avait tout l’air d’une grande cette année dans cet énorme espace Eurexpo. Une organisation de la SCA France bien ficelée, sans temps mort et beaucoup d’animations. Sans oublier un live bien improvisé par le Réseau des Baristas de France qui a permis aux absents de pouvoir suivre en direct les championnats.

On remarquera tout de même qu’il n’y a pas eu beaucoup de candidats cette année; 6 en Barista, 7 en Latte Art et 3 en Coffee in good Spirit. Si vous êtes passionnés et avez un peu de temps à consacrer… pourquoi ne pas être candidat en 2018?

Championnats de café, rendez-vous à Séoul 2017

IMG_6127

Et oui, le café aussi a son championnat et pas n’importe lequel, le café est une affaire sérieuse …

L’association SCAE (Speciality Coffee Association of Europe) qui s’est récemment réunie après le vote de ses membres à la SCAA (Speciality Coffee Association of America) est LA garante de l’industrie du café aujourd’hui. Parmi ses devoirs; l’évolution du secteur, de la qualité du café, du niveau de vie des producteurs, de l’innovation et de la diffusion de la connaissance autour du café de spécialité.

Quel meilleur moyen donc que les concours pour élever le niveau de perfection de cet or noir?

L’organisme Word Coffee Events en charge des évènements autour du café, organise depuis 2000 le championnat mondial de café où chaque pays confronte son premier dans les disciplines suivantes:

Capture d’écran 2016-08-22 à 16.30.55

Capture d’écran 2016-08-10 à 11.05.19

 

Barista (le maitre-café)

Latte art (l’art des pt’s coeurs, de la tulipe dessinées avec du lait…)

Brewers (préparation de café en méthode douce)

Cup tasters ( dégustation à l’aveugle afin de reconnaitre l’intrus d’une trilogie de tasses)

Coffee in good Spirits (préparation de cocktails alcoolisés à base de café)

Roasting (torréfaction)

Cette année, les championnats de France ont eu lieu à Marseille en janvier et les premiers de chaque catégorie se sont envolés en juin à Dublin pour les championnats mondiaux.

Pour ce qui est de la France, Charlotte Malaval, championne Barista France a obtenu la meilleure place pour les Français toutes catégories confondues: 5. au World Barista Championship derrière les USA, le Canada, le Japon et le Taiwan. La compétition est rude et la France a encore beaucoup de chemin à faire, en espérant qu’à Séoul en 2017, on obtiendra plus de titres.

Les compétitions sont très intéressantes à voir, si vous ne pouvez pas y aller, vous pourrez les regarder en live stream, le lien sera communiqué sur notre site.

Et si regarder ne vous suffit pas, vous pouvez aussi participer… Oui, oui c’est ouvert à tous! Les inscriptions pour les prochains championnats de France qui se dérouleront en janvier  2017 ne sont pas encore ouvertes alors, rester en veille …

sur http://www.scaefrance.org/